LE HARCELEMENT MORAL DANS LE COUPLE ET LE DIVORCE AVEC UN MANIPULATEUR PERVERS

Non ce n'est pas une famille parfaite, malgré les apparences. Dans le huis-clos familial, il se passe une violence affective que nul ne pourrait soupçonner... Le divorce n'est pas indispensable mais parfois on ne peut pas faire autrement. 

 

Le harcèlement moral au sein du couple se passe en plusieurs étapes, analysées par Sophie Soria-Glo en tant que spécialiste de la prévention des violences dans le couple et le milieu familial.

 

Ce harcèlement toxique se produit d’abord pendant la relation. Après une période de lune de miel où le manipulateur pervers a appâté sa victime, il va rabaisser et dénigrer la femme, lui faire subir toutes sortes de violences : morale, psychologique, spirituelle, physique, sexuelle, économique, sexiste etc.

 

Le harcèlement fonctionne par chantage et culpabilisation de la victime qui espère toujours retrouver la lune de miel du début de la relation.

 

Elle reste pour les enfants et croit que ça va s’arranger avec le temps ou bien en faisant plein d’efforts pour plaire à son mari. Ou alors elle ne connait pas les mécanismes du harcèlement moral par le conjoint manipulateur. Elle ne comprend pas qu’elle est dans une relation toxique qui empire au fil du temps.

 

Elle a peur de la solitude et de l’abandon. Elle a peur de renoncer à son couple idéal. Elle croit aux mensonges du manipulateur qui la dénigre et la rabaisse. Elle croit qu’elle n’a pas de valeur.

 

Les raisons sont nombreuses et cela fait partie du coaching de les analyser. 

 

Quoiqu’il en soit, un mécanisme d’emprise s’est mis en place sur la femme généreuse, noble et idéaliste qui veut tout donner pour parvenir à l’amour parfait.

 

Mais un jour le déclic psychique va se produire. La victime du manipulateur prend conscience que la relation ne s’arrangera pas. Ce n’est pas de l’amour. Elle veut sortir de l’emprise. Elle décide de quitter son mari ou compagnon pervers. Elle demande le divorce ou — en cas de couple non marié —  quitte le conjoint toxique.

 

C’est là que l’étape des procédures judiciaires commence avec — comme enjeu majeur — les modalités de garde des enfants.

 

Comment ce harcèlement se passe ? Monsieur ne supporte pas la rupture. Il ne veut pas payer de pension alimentaire pour ses enfants. Il demande la garde exclusive voire une garde alternée en faisant passer Madame pour une mauvaise mère, une folle et une manipulatrice devant la Justice et les services sociaux.

 

Le manipulateur pervers narcissique est un procédurier qui utilise la Justice pour parvenir à ses fins. Il va multiplier les procédures pour détruire son ex compagne de façon définitive, la laminer, lui prendre les enfants, l’empêcher de s’en sortir et de se reconstruire. Il se fera passer pour la victime devant les magistrats non formés à la détection du harcèlement moral.

 

C’est la « victimisation secondaire » par violences institutionnelles que va vivre la victime si elle ne fait pas tout pour s’en prémunir dès le départ.

 

C’est pourquoi il faut se faire accompagner par une équipe de professionnels compétents qui saura contrer les arguments fallacieux du pervers.

Divorcer d'un pervers narcissique

manipulateur : quand le masque se brise

 

Extrait du livre de Sophie Soria-Glo : « Harcèlement moral dans le couple, la famille ou l’entreprise. Comment entrer en Résistance contre les manipulateurs toxiques et pervers de notre monde moderne », auto-publié, juin 2016, 490 pages.

 

Dans le couple, le pervers narcissique manipulateur — ou PNM en abrégé —détruit la femme qu’il pousse au suicide mais il prend aussi l’un des enfants en otage pour le faire entrer dans son clan à soi de PNM dans la famille ou pour en faire une future victime.

 

Ce mécanisme sur les enfants se produit  à peu près autant si la femme reste mariée avec le PNM que si elle en divorce, donc le fait de rester « pour les enfants  » en se sacrifiant soi n’est pas un critère de réussite pour la vie future de vos enfants.

 

Au contraire, la mise à distance du pervers toxique qui manipule peut permettre à vos enfants d’avoir un sas de liberté et de sécurité quand ils sont seuls avec vous après la séparation. Ils ne passeront qu’une partie du temps avec leur père manipulateur et connaîtront un havre de paix avec vous et éventuellement votre nouveau conjoint pendant le reste du temps.

 

Vous pourrez monter au créneau pour défendre leurs droits, en particulier pour que leur père leur paye des études supérieures après le Bac, parce que le manipulateur n’aime pas payer pour assumer ses responsabilités donc il faudra vous battre pied à pied avec l'aide d'un bon avocat spécialiste des finances du manipulateur.

 

Il faudra aussi vous montrer vigilante sur ce qui se passe pendant les droits de visite du père et éviter la garde alternée qui déstabilise les enfants, avec 2 foyers et 2 systèmes de référence non pas opposés mais inverses.

 

Le but du harcèlement dans le couple — par rabaissements, critiques, humiliations et violences diverses y compris le viol conjugal parfois — est de détruire la personnalité de la femme pour en faire une soumise comme dans les rapports sado-maso mais sans aller jusque là de manière concrète. L’homme jouit de la souffrance qu’il inflige.

 

De plus, il fait semblant de ne pas s’en apercevoir et de ne pas faire exprès. La femme essaie de lui faire comprendre le problème pour qu’il change et qu’il l’aime à nouveau comme au début de leur histoire d’amour. Mais c’est peine perdue. Elle finit donc par croire qu’il ne s’en rend pas compte, qu’il a un problème psychologique et qu’il est « dans le déni ».

 

Or ce que je dis toujours à mes clientes, c’est la chose suivante : « Madame, votre mari n’est pas dans le déni car le déni est inconscient. Il est de mauvaise foi ! Il ment ! Il sait très bien ce qu’il fait quand il vous frappe, vous agresse et vous fait subir humiliations, critiques constantes et rabaissements quotidiens ».

 

C’est donc cas typique du tyran domestique qui, de plus, a souvent de multiples maîtresses successives. La plupart du temps, Monsieur Parfait a une double vie ainsi que je l’ai expliqué au début du livre dans le chapitre sur le profil des pervers.

 

Et donc endurer le harcèlement moral pour préserver son couple et finir par se faire cocufier, ce n’est pas marrant, on le concèdera sans peine. Ainsi la femme qui découvre la vérité sur la double vie de son mari a ce que j’appelle « le déclic » pour enfin le quitter. Alors qu’elle a 60 ans et qu’elle s’est sacrifiée toute sa vie pour conserver sa vie de famille et garder un père à ses enfants…

 

Père que tout l’entourage trouve merveilleux et extraordinaire parce qu’il est charmant, il a une belle allure, en un mot il est bel homme. En plus c’est un sportif avec les muscles et tout. Et pour couronner tout ça, il est serviable, il est galant, il tient la porte, met le manteau sur les épaules de sa servante et dans les diners en ville il a une superbe conversation, brillante et intellectuelle.

D'autres fois, ce n'est pas l'adultère qui ouvre les yeux à la victime. Ce sont d'autres éléments qui vont provoquer le "déclic" chez la femme.

 

En général, la femme qui vit avec un pervers narcissique a mis une barrière, une limite inconsciente : pour elle, il y a quelque chose de "sacré" dans sa vie ou sa personnalité que son conjoint ne doit pas toucher. Son espace privé, ce à quoi elle tient le plus dans son existence.

Un élément déclencheur va se produire qui entraînera de la part de la femme la décision de rupture. Une rupture irréversible. Une décision irrévocable. 

 

Un événement va un jour lui révéler la malveillance du mari manipulateur à son encontre sur un point précis : ses enfants, sa famille, son emploi, sa Foi, son honneur... Ou alors la violence physique, soudain Monsieur se jette sur la victime et tente de l'étrangler. 

 

La limite une fois franchie par le conjoint manipulateur, la femme décide de partir, de se séparer. C'était la transgression de trop. Monsieur est allé trop loin sans le savoir. Il se croyait tout permis. Mais non, il restait encore un espace de dignité à la femme. Et il ne devait pas y toucher. 

 

Qui croira cependant la femme diminuée par des années de sacrifices si elle commence à se confier à l’entourage sur le véritable enfer qu’elle vit ? Son mari la néglige et l’ignore, il ne l’a jamais aimée, à ses yeux elle n’existe pas pour autre chose que ce rôle de domestique dans lequel il la cantonne tout en l’accablant de regards méprisants et de remarques perfides. Sans oublier le contrôle constant de tous ses faits et gestes.

 

La femme qui décide de quitter ce mari car il lui fait subir harcèlement et brimades avec de la violence verbale et de l’agressivité parfois, voire de la violence sexuelle et des viols conjugaux, fait partie du couple parfait que tout le monde admire. Quelle chance elle a d’avoir un mari si charmant !

 

Personne ne sait que c’est un pervers qui se comporte dans l’intimité comme un véritable tyran et qui la veut soumise, effacée, niée. Son petit sourire satisfait quand il voit qu’elle souffre, comment le décrire à ses parents ? A ses frères, à ses sœurs, à ses amis ? Comment ne pas être isolée si elle divorce et qu’elle "détruit" le couple qui fonctionnait si bien avec un mari charmant ? On la voit aigrie, méchante et agressive. Quel mari parfait qui se sacrifie en restant avec une femme comme ça !

 

Quand il n’y a pas de violences physiques — en particulier dans les milieux riches, aisés et bourgeois de Paris ou en province quand le mari est un notable local, adjoint au maire par exemple — comment peut faire la femme pour ne pas perdre toute vie sociale si elle décide de faire cesser le harcèlement et de mener une vie normale enfin ? Elle sera seule si elle divorce. Elle deviendra la paria du coin. Parce que le mari ne manquera pas de se faire passer pour victime auprès de l’entourage et de la famille si la femme décide de le quitter pour mettre fin à des années d’enfer conjugal.

 

Une femme dans ce cas se trouve dans la situation bien décrite par la psychologie de l’Ecole de Palo Alto : la double contrainte. Elle est prise au piège : si elle reste, elle souffre. Si elle part, elle souffre plus encore parce qu’il lui restait au moins la vie sociale pour pouvoir exister en dehors de son mari.

 

Je ne prétends pas résoudre ces cas et donner la solution miracle qui fonctionne pour tout le monde. Nous sommes devant la difficulté d’apporter la preuve des agissements du conjoint pervers car ce sont des actes insidieux qui détruisent peu à eu la personnalité de la femme que le pervers prend pour cible en se mariant avec elle. Si la femme vient d’un milieu bourgeois où on lui a appris à être la femme parfaite, qui écoute, pardonne et comprendre, elle peut mettre des années avant de comprendre qu’elle est sous emprise. Et c’est d’autant plus difficile de faire comprendre à l’entourage familial que soudain un jour elle se réveille !

 

La femme victime d’un tel manipulateur dans le couple devra donc monter un argumentaire pour convaincre d’une part sa propre famille de la soutenir et de continuer à l’aimer, puis un second argumentaire destiné à la Justice si le divorce va provoquer un conflit sur la garde des enfants. Tout dépend l’âge qu’ont les enfants au moment du divorce.

 

La femme victime d’un tel manipulateur dans le couple devra donc monter un argumentaire pour convaincre d’une part sa propre famille de la soutenir et de continuer à l’aimer, puis un second argumentaire destiné à la Justice si le divorce va provoquer un conflit sur la garde des enfants. Tout dépend l’âge qu’ont les enfants au moment du divorce.

 

La femme aura à faire aussi un chemin de reconstruction de son identité, de son Soi et de son ego mis à mal par les années de détresse qu’elle passe en si piètre compagnie. Ne pas croire les mensonges du manipulateur sur sa valeur à soi commence par un travail de débriefing comme un déconditionnement parce que les mensonges du manipulateur sur le manque de valeur de l’Autre ont pu infiltrer de façon profonde l’inconscient de la femme, ainsi que sa manière de comprendre les choses et de se comporter. Elle pourra alors se tourner vers les autres après s’être recentrée sur soi.

C’est ma mission avec mes clientes, en plus du coaching juridique : devenir consciente de sa valeur et oser aller parler de son calvaire pour recruter des alliés dans le combat, se faire de nouveaux amis et trouver un nouveau métier valorisant, en un mot se reconstruire. 

 

L’espérance de vie de la femme au 21è siècle est de 85 ans selon les chiffres de l’INSEE en 2013.

 

Alors un divorce à 40, 50 ou 60 ans ce n’est pas la fin du monde : c’est le départ d’une vie nouvelle où il faudra faire le deuil du passé pour trouver un nouveau sens à sa vie et de nouveaux projets à réaliser.

 

C’est le début d’une résilience.

 

Même s’il y a un long combat juridique à la clé et beaucoup d’efforts pour protéger les enfants des maltraitances du manipulateur lors des droits de visite après le divorce, ce combat en vaut la peine.

 

Rester mariée avec un pervers toxique de notre époque ne protège pas davantage les enfants que si on se sépare dans le couple.

 

Le harcèlement moral après le divorce

 

Il est mis en oeuvre par le conjoint, allié avec toute sa famille contre l’ex épouse pour lui prendre la garde des enfants par moyens légaux en utilisant de fausses attestations des membres de la famille, voire de l’entourage et même des voisins envieux de l’ancien bonheur du couple qu’ils sont ravis de voir se déchirer et se détruire parce que ça les occupe de participer à ce drame familial.

 

Ce cas est parmi les principaux que je défends car je me suis impliquée dans cette lutte pour la protection de l’enfance, étant donné que je ne souhaite pas à quiconque d’avoir la même enfance terrible que celle que j’ai eue, même s’il n’y a pas eu de cas de divorce dans mon entourage familial.

 

L’enfant victime d’abus divers ou sous emprise est détruit, la mère accablée par des procédures sans fin sous le moindre prétexte, accusée par des mails et des SMS de reproches constants et mensongers, etc.

 

Il y a cependant des moyens de lutte pour sortir de cet enfer de façon légale et mettre fin au harcèlement moral.

 

Faites-vous accompagner sur votre chemin de liberté par Sophie Soria-Glo, votre coach spécialiste en prenant RDV par mail : coachingethique@gmail.com

 

 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus