Protéger les enfants face au harcèlement moral dans le couple parental séparé

Apaiser le conflit, penser à l’intérêt supérieur de l’enfant qui a droit à ses 2 parents ainsi que le conseille la Justice : comment est-ce possible quand on doit combattre un manipulateur lors de la séparation ou du divorce ?

 

Les décisions de Justice emploient le terme de « couple parental » car on est toujours un couple même après le divorce mais un couple en tant que parents.

 

Le divorce n’annule pas la responsabilité parentale et sert de projet pour du nouveau harcèlement moral par l’ex qui se venge de la rupture, harcèle les enfants, rabaisse et dénigre la mère victime de violences, maltraite les enfants lors des droits de visite  etc.

 

Parfois cette violence est reprise et relayée par l’ensemble du clan familial du pervers narcissique manipulateur. La famille du conjoint pervers est elle-même en général une famille toxique. Les chiens ne font pas des chats !

Certains des membres de la famille du conjoint pervers narcissique vont pratiquer eux aussi du harcèlement moral  sur la femme innocente et sur les enfants après la rupture.

 

La femme et mère victime qui veut s’en sortir ne le sait pas encore mais un long chemin de Croix l’attend. Elle va être obligée se battre à la fois contre :

 

  • La ou les procédures multiples du conjoint manipulateur et/ou pervers narcissique qui veut absolument récupérer les enfants et ne pas payer un centime.

 

  • Les faux témoignages en Justice rédigés par le clan familial toxique du conjoint manipulateur pervers narcissique.

 

  • Leur harcèlement moral en groupe et leur acharnement judiciaire basé sur des calomnies et des mensonges.

 

  • L’incompétence de la Justice à protéger ses enfants que les pervers veulent capter pour les faire souffrir et se trouver des héritiers psychologiques à qui on pourra transmettre la perversion familiale.

 

  • Le déni de la société sur les violences conjugales et intra-familiales notamment l’inceste dont la dénonciation par la mère (parent protecteur) est souvent considéré comme un moyen  de vengeance contre le père avec la théorie des fausses accusations.

 

Comment protéger les enfants ?

Harcèlement moral sur les enfants après la séparation avec un conjoint manipulateur : ce n’est pas un « conflit ».

Le pervers narcissique manipulateur ne peut pas laisser partir la femme après le divorce. Il lui faut absolument maintenir le lien pour continuer à faire souffrir sa victime :

 

- Par des procédures multiples, diverses et variées sous le moindre prétexte.

 

- En obtenant la garde alternée voire la garde exclusive des enfants.

 

- Ou en maltraitant exprès les enfants pendant les droits de visite y compris par des violences sexuelles, pour punir leur ex à travers ses enfants.

 

- Ou encore en montant la tête des enfants contre leur mère par des calomnies et des mensonges, le père répercute alors la relation d’emprise conjugale sur eux. Il ne s’agit donc pas d’aliénation parentale car ce concept n’existe pas sur le plan scientifique mais bien d’une relation d’emprise — immorale et ignoble — de ces pervers sur des enfants faibles et sans défense.

 

- En refusant de payer la pension alimentaire sous divers prétextes par exemple il se rend insolvable, il se met en surendettement de façon mensongère, il démissionne de son emploi exprès pour se mettre au chômage, etc. (exemples vécus par des victimes). 

 

Le but est de garder une emprise même à distance par la vengeance contre la femme qui a été sa proie pendant de nombreuses années.

 

Ainsi la femme continue à souffrir, elle est seule et elle ne peut pas refaire sa vie.

 

Tout son temps se passe à se défendre contre le harcèlement moral de l’ex conjoint et à tenter de protéger ses enfants mais bien souvent sans résultat car la Justice ne comprend pas ces mécanismes si on ne les explique pas avec un langage approprié.

 

La mission de Sophie Soria-Glo consiste alors à procurer à la mère victime une stratégie de défense qui mettra fin à ce harcèlement.

 

Elle permet à la Justice de comprendre la vérité de la situation au lieu que le magistrat chargé du dossier se laisse prendre au langage victimaire du manipulateur.

 

Car Monsieur fait la victime et prétend que sa femme le harcèle et le persécute en l’empêchant de voir sa progéniture sur laquelle il a des « droits » comme si les enfants étaient des objets, une propriété ou un bien meuble qu’on peut utiliser et maltraiter à sa guise.

 

Face à ce scandale Sophie Soria-Glo se mobilise depuis une dizaine d’années et a pu sauver de nombreux enfants des pattes du manipulateur pervers qui leur sert de géniteur à défaut d’être un père noble, généreux et responsable.

Les 10 erreurs à ne pas commettre pour ne pas perdre la garde de ses enfants lors d’un divorce avec un manipulateur ou un pervers narcissique

 

Tous ces exemples sont basés sur des histoires vraies.

 

1- Première erreur à ne pas commettre : faire confiance au système judiciaire du pays.

 

Le nombre des mamans victimes de dysfonctionnements, injustices et erreurs judiciaires dans le domaine de la famille et des violences psychologiques prouve que la Justice est la complice de fait des manipulateurs dans le couple.

En particulier l’enquête sociale et les expertises psychologiques peuvent se retourner contre vous car on vous accuse immédiatement de vouloir « exclure le père » ou alors on vous fait passer pour folle en croyant les accusations délirantes de Monsieur.

 

Et le juge doit bien entendu suivre les expertises en confiant les enfants au père manipulateur soi-disant pour les sauver d’une mère qui s’inquiète à juste titre mais qui est considérée par la Justice comme étant « trop fusionnelle » : vous !

Rejoignez des associations, adhérez à des groupes Facebook de femmes divorcées d’un manipulateur et de victimes de pervers narcissiques, renseignez-vous sur ce qui se passe vraiment au lieu de foncer tête baissée dans le piège que le pervers vous tend.

 

La Justice ne protège pas les femmes victimes de violences, sachez-le et soyez-en consciente.

 

2- Vous déménagez sans demander la permission au juge et cela dans une autre ville, même pour raisons professionnelles — une mutation sous peine de perdre votre emploi par exemple — ou bien vous quittez le domicile conjugal sans autorisation de la Justice parce que Monsieur le manipulateur vous a faite craquer et vous ne pouvez plus le voir en peinture, sa vue vous fait horreur.

Vous êtes en tort : le jugement qui vous attribue au départ la garde des enfants suite au divorce n’est pas remis en cause si vous ne déménagez pas.

 

Mais si vous le faites, les juges détestent l’éloignement géographique soudain de la femme qui veut manipuler la Justice et priver les enfants de voir leur papa chéri, tout manipulateur qu’il soit. Monsieur signalera le fait au juge et vous perdrez la garde. Vous devrez aussi payer une pension alimentaire à votre ex.

Au cours de la séparation (2nd cas) vous quittez le domicile conjugal sans prévenir le juge et avec ou sans vos enfants : vous êtes en faute pour « abandon du domicile conjugal » et vous perdez la garde.

C'est la version "fuir" qu'on conseille partout sauf ici : car la fuite sans réflexion ni préparation stratégique se retourne contre vous avec de graves conséquences. 

 

3- Vous partez et vous laissez vos enfants derrière vous, par exemple pour un voyage d’affaires, même bref, de quelques jours  et vous ne prévoyez pas la traîtrise du pervers.

 

Monsieur signale alors votre « abandon du domicile conjugal », il demande le divorce et vous n’obtenez pas la garde, le juge vous considère comme une mauvaise mère, indigne et manipulatrice. On ne vous croira pas si vous dites que vous vous êtes arrangée avec Mronsieur pour cette absence qui devait être temporaire ou pire que c’est Monsieur qui vous a demandé de partir, par exemple pour créer votre boite dans une autre ville et devenir plus riches ensemble. Monsieur va tout nier en bloc et vous passerez pour une folle.

 

On ne laisse pas un enfant seul avec un manipulateur car on ne sait pas ce qui peut se produire.

Même cas si vous partez en vacances avec vos enfants à l’étranger, Monsieur peut porter plainte pour enlèvement d’enfants alors que vous aviez l’intention de revenir et que Monsieur était tout à fait au courant de vos vacances.

 

4- Vous voyez que votre ex-conjoint met un de vos enfants sous emprise et vous ne réagissez pas assez tôt. Cet enfant finira par vous accuser de maux imaginaires : vous l’avez soi-disant violenté, vous l’obligez à faire cuisine et vaisselle comme une petite Cendrillon et un domestique, vous ne le laissez pas faire ses devoirs, vous contrariez sa vocation professionnelle et son futur…

Si le père fait faire un signalement d’enfant en danger par les pouvoirs publics ou un médecin ami de la famille, voire s’il incite et pousse votre enfant à porter plainte contre vous à l’adolescence : vous risquez de finir en prison et vos enfants seront confiés à leur père puisqu’on ne va pas vous confier la garde de vos enfants au fond de votre cellule à Fleury-Mérogis par exemple.

Tout enfant qui a un manipulateur dans sa famille doit faire l’objet d’un suivi psychologique dès le plus jeune âge afin de ne pas devenir l’enfant « justicier » du conflit parental, ce que le père manipulateur le poussera à faire et devenir cet enfant qui met sa mère en Justice sur l’accusation de maux imaginaires consiste à apprendre à votre enfant à mentir et à devenir un délinquant.  

Si l’enfant refuse le suivi psychologique parce que son père lui a monté la tête contre les psys, vous devez vous-même prendre des conseils éducatifs auprès de professionnels qui connaissent bien les pervers narcissiques, leurs méthodes et leurs dangers pour les enfants qu’ils mettent sous emprise.

Si votre enfant est obligé de fréquenter un manipulateur pervers et s’il n’est pas victime de violences sexuelles ou de maltraitances physiques, il peut se trouver victime d’une autre forme de violence : l’emprise.

 

Le manipulateur va monter l’enfant contre vous sa mère, se faire passer pour la victime et la mère comme la méchante qui fait souffrir Papa et ne pense qu’à l’argent.

 

Les arguments sont à peu près identiques à ceux présentés par le pervers devant le juge pour discréditer la femme.

Votre enfant doit comprendre que son père ment et il doit apprendre à distinguer la vérité du mensonge. S’il ne fait pas la distinction entre vérité et mensonge dès son plus jeune âge, cela lui portera tort dans sa vie adulte. Soit l’enfant mentira sans arrêt soit il deviendra la victime de personnes qui mentent comme son père, en particulier au sujet de l’amour.

 

5- Vous laissez faire n’importe quoi à votre enfant et il devient toxicomane, dealer, délinquant ou bien il fait une fugue, sous l’influence du père pervers et toxique bien sûr qui ne veut pas vous détruire à travers vos enfants seulement, mais qui veut détruire aussi ses enfants eux-mêmes.

 

Vous perdez la garde, votre enfant est mis en foyer ou en famille d’accueil par un juge. Voire confié au père qui dira de tout est de votre faute.

 

6- Vous faites mentir votre enfant, lors des droits de visite il se prétend maltraité par son père alors que ce n’est pas vrai. Les maltraitances qu’il subit sont psychologiques mais comme on ne peut pas les prouver et dans un souci de vous protéger avec votre enfant, vous lui faites dire qu’il a été frappé, par exemple en téléphonant au 115 « Allo Enfance Maltraitée » dès son retour de vacances ou de WE chez le papa toxique.

 

Les juges et les services sociaux sont habitués à ce genre de cas, vous perdrez la garde et votre enfant sera placé en foyer ou famille d’accueil, souvent plus toxiques que le père, précisons-le.

Déjà que quand c’est vrai on ne veut pas les croire, pire encore quand les accusations des enfants ne sont pas vraies mais fausses.

 

Vous avez sombré dans le mensonge pour vous protéger et vous défendre.

 

Le manipulateur vous a donc détruite sur le plan spirituel et moral.

 

7- Votre ex pervers et affreux a mis un de vos enfants sous emprise depuis des années car c’est lui le préféré du papa toxique et donc son « héritier » psychologique. Votre enfant désire vivre chez le manipulateur et vous en fait la demande plusieurs fois, voire vous insulte en vous traitant de « salope » ou ne veut plus vous adresser la parole.

C’est beaucoup mieux chez papa, papa est un monsieur riche qui fait plein de cadeaux tandis que vous, vous n’avez plus un sou vu qu’élever ses enfants seule ce n’est pas une sinécure de nos jours.

 

Ou alors, vous avez refait votre vie et votre enfant n’aime pas votre nouveau compagnon ni vous voir heureuse sur ce qui a échoué avec son père.

Dans tous ces cas, vous n’avez fait aucune faute ni erreur. Vous avez juste sous-estimé l’influence du manipulateur sur sa fille ou son fils ainé — en général c’est l’aîné qui prend en charge ce rôle d’enfant justicier que le parent toxique lui délègue.

 

L’enfant est chargé de venger le père manipulateur que la femme déteste au lieu de l’aimer encore et toujours.

Vous ne saviez pas que ce genre de manipulateurs existe à ce point d’horreur et vous n’avez pas pu démonter les mensonges au fur et à mesure.

 

Proférés sans arrêt pendant des années sur un petit enfant, ils finissent par s’ancrer et provoquer un effet hypnotique sur son  jeune cerveau malléable. Ne sous-estimez pas le manipulateur pervers et son emprise sur un enfant fragile. Il faut réagir très tôt.

 

8- Vous n’avez pas pris le moindre accompagnement psycho-juridictionnel pour vous soutenir face aux procédures et vérifier si votre avocat est bon. Or il y a un peu partout en France des groupes de parole, des associations, des consultations gratuites d’avocats et des psychologues qui connaissent ces cas.

 

Tous ces experts indépendants peuvent vous éviter de sombrer dans l’emprise d’un avocat pervers manipulateur ou simplement intéressé par vos sous et qui fait durer les procédures, de juge en juge, d‘Appel en Cassation et de référé en incident, sans que ça vous rendre vos enfants pour autant, au cas où il vous les a fait perdre exprès en cours de route.

 

Il faut donc aussi avoir un soutien moral côté psy et un avocat compétent, intègre et surtout honnête.

Si vous allez vous faire opérer du cœur, vous ne croirez pas le 1er chirurgien sur parole et sur sa bonne mine : « il l’air sympa, je le prends pour l’opération du cœur où je risque ma vie ». Vous prendrez un 2nd conseil auprès d’un autre spécialiste. C’est plus avisé.

 

Et bien l’avocat c’est pareil : prenez un 2nd avis et testez la sincérité de l’avocat. Répond-il à vos mails ? Vous donne-t-il des conseils au fur et à mesure ou pas ? Sachez que vous avez le droit de changer d’avocat et de vous faire rembourser les honoraires versés.

 

La question des tarifs doit également être évaluée et faire l’objet d’une convention d’honoraires au forfait et non à l’heure. Les avocats dispendieux ne sont pas forcément les plus efficaces.

 

9- Vous arrivez devant le juge, les enquêteurs sociaux et/ou les experts psychiatres ou psychologues des tribunaux en affirmant tout de go sans la moindre preuve scientifique ou médicale : « Mon ex conjoint est un pervers narcissique, au secours aidez-moi ! ».

 

L’erreur est de vouloir se faire reconnaitre en tant que victime et de vouloir que Monsieur soit repéré comme manipulateur. Là on vous dit que vous « dénigrez le père » selon l’idéologie ambiante et on vous lamine sur la garde des enfants.

Il faut présenter vos arguments d'une manière audible par le juge qui en arrivera lui-même à la conclusion : "Oh l'horrible manipulateur qui ne se remet pas en question et qui veut se faire passer pour la victime !". 

Ce travail d'argumentation avec arguments juridiques et éléments de langage convaincants est le fonds du travail de Sophie Soria-Glo si vous lui confiez la mission de vous aider à être bien défendue. 

 

10- Vous n’avez pas re-contextualisé le dossier en montrant comment votre ex est pervers et tortueux, comment il ment à tout le monde en se faisant passer pour le petit saint et la victime.  

 

Il faut pour cela vous faire accompagner par un expert de la lutte anti-manipulateurs lors des procédures afin de monter un dossier solide en prévoyant à l’avance les accusations folles, les calomnies et les mensonges du manipulateur contre vous.

 

Autrement, vous passerez votre temps à vous justifier en vain. Avec un manipulateur pervers narcissique on doit toujours être en attaque et jamais en défense.

 

Mais il faut apprendre à bien présenter les choses aux juges d’une manière stratégique, pour échapper aux reproches de dénigrement et d’exclusion du père qui sont à la mode à l’heure actuelle dans les tribunaux de la famille.

 

C’est le travail qu’effectue avec vous Sophie Soria-Glo en tant que spécialiste de la lutte éthique contre les manipulateurs de couple et les harceleurs familiaux.

 

C’est par la Vérité qu’on lutte et par la Vérité qu’on gagne avec Sophie Soria-Glo et sa méthode de coaching par l'éthique pour les mères victimes qui veulent protéger leurs enfants et éviter le drame de les faire confier au pervers par le système judiciaire de la France.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus