S'ADRESSER AUX MEDIAS

Médiatiser votre dossier

Le coaching médiatique : pour que la presse parle de VOUS  ! 

 

Vous êtes une femme victime de harcèlement moral dans la vie privée ou professionnelle.

 

 

Vous en avez assez de ne pas obtenir d’écoute ni de reconnaissance de votre statut de victime de la part des pouvoirs publics, de l’institution judiciaire, de l’Etat Français ou de votre entreprise en tant que salariée.

 

 

Vous décidez alors d’alerter le pouvoir médiatique au sujet de votre dossier pour faire bouger les choses et dénoncer une injustice.

 

 

De nombreux journalistes font en effet ce métier par vocation de faire changer la société et de contribuer à un monde meilleur. Ils et elles peuvent être à votre écoute !

 

 

Voila quelques exemples que l’on peut soumettre aux journalistes, toujours à l’affût de cas nouveaux et intéressants s’ils sont bien présentés et peuvent s’intégrer dans leurs medias.    

 

 

  • Une injustice que vous avez subie de la part des tribunaux de la Famille ou de l’Enfance, des services sociaux, éducateurs spécialisés, enquêteurs sociaux ou autres abus actuels de la Justice face aux pervers.

 

 

  • Ou vous n’êtes pas d’accord avec un jugement par vice de procédure par exemple.

 

 

  • Ou une décision d’un juge pénal après que vous avez porté plainte et l’affaire a été classée sans suite malgré vos preuves ou encore l’agresseur y compris sexuel sort libre du tribunal après le procès et sans faire 1 jour de prison.

 

 

  • Un cas de harcèlement moral individuel ou collectif en entreprise ou dans le secteur public.

 

 

  • Une décision du tribunal des Prud’hommes ou de la Cour de Cassation.

  • Un procès de votre agresseur qui passe enfin au tribunal suite à votre ou vos dépôts de plainte. 

 

 

Vous pouvez alors vous adresser à Sophie Soria-Glo.

 

 

Elle contactera la presse pour vous après mise au point de la stratégie de communication, rédaction du communiqué de presse et ciblage des meilleurs journalistes capables de parler du sujet et de vous inviter à vous exprimer pour apporter votre témoignage en presse écrite, radio, sites Internet de presse et / ou télévision.

 

 

Vous pourrez également bénéficier d’un coaching médias ou « media-training » pour apprendre à vous exprimer face aux télévisions et/ou aux journalistes ainsi que pour faciliter votre prise de parole en public.

 

 

Vous êtes victime de harcèlement moral ou d’injustices dans le domaine du travail voire du couple ou de la famille ?

 

 

Vous aussi, comme les plus grands hommes politiques ou les stars, bénéficiez d’un conseiller personnel, spécialiste des relations avec les médias.

 

 

Ne restez plus dans la frustration !

 

 

Exprimez-vous et faites passer vos opinions dans le débat public.

 

 

Parce que bien souvent une pétition sur le Net ne suffit pas pour se faire entendre si la pétition n’a pas des centaines de milliers de signatures ou n’est pas relayée par les médias.

 

 

Attention : ne pas confondre médiatisation et diffamation ou dénonciation calomnieuse voire atteinte à la réputation du pervers sur les réseaux sociaux par exemple.

 

 

C’est pourquoi vous avez besoin d’un spécialiste pour médiatiser le cas afin de ne pas commettre les erreurs du débutant qui se retourneront contre vous.

 

 

Il faut savoir parler le langage de la presse afin de faire passer le message profond et sociétal du dossier et expliquer l’injustice que vous voulez dénoncer.

 

En effet, il existe plusieurs risques en s’adressant seule aux médias sans faire appel à un expert comme Sophie Soria-Glo.

 

 

  • Le risque N°1 est que les médias vous présentent de façon compassionnelle comme la pauvre victime avec qui on pleure et on essuie une larme dans les chaumières en sortant le mouchoir, mais sans que ça change quoi que ce soit à votre situation, ni à la loi, ni au contexte juridique etc. Ne soyez pas présentée comme un "looser" de la société pour que le pervers se moque de vous !

 

 

  • Le risque N°2 est que les médias vous présentent comme un cas isolé et individuel, une exception, alors que vous voulez montrer votre histoire au sein d’un contexte plus large afin de pouvoir dénoncer une injustice globale qui vous concerne au plan des institutions et de la loi. Faites bouger les choses, ralliez l'opinion publique autour de vous grâce aux médias !

 

 

  • Le risque N°3 est que les médias vous présentent comme une pauvre folle et une excentrique qui ne croit pas à l’impartialité de l’Etat, à la Démocratie et aux valeurs de la République, alors que votre histoire fait partie des nombreuses injustices et violences institutionnelles de la victimisation secondaire que dénonce Sophie Soria-Glo dans son ouvrage et sur ce site. Sachez expliquer la victimisation secondaire aux journalistes qui ne connaissent pas ce dossier !

 

 

  • Le risque N°4 est que votre façon de communiquer soit utilisée contre vous par le manipulateur qui vous emploie dans son entreprise ou par votre harceleur dans le milieu familial, votre ex par exemple, et qu’il vous traine devant les tribunaux pour diffamation. Il y a des façons de dire les choses sans se faire condamner soi-même par un tribunal. Soyez plus intelligente : combattez-le harcèlement moral avec les armes juridiques ET la communication à la fois !

 

 

La diffamation publique est punie d’une amende pouvant aller jusqu’à 12 000 EUR et avec circonstance aggravantes jusqu’à 45 000 EUR si vous diffamez un représentant de l’autorité publique : magistrat, élu local, parlementaire, policier, gendarme, douanier, inspecteur du travail.

 

 

Dans certains cas, la diffamation peut être considérée comme de l’injure publique qui est également un délit.

 

 

Selon le site SERVICE PUBLIC : « La diffamation est une fausse accusation qui porte atteinte à l'honneur et à la considération d'une personne. »

 

 

Il y a cependant une subtilité juridique : comment une accusation que vous considérez vraie car vous avez vécu vous-même la situation injuste,  peut en arriver à être jugée comme fausse par un juge qui vous condamne alors pour diffamation ou injure ?

 

 

Sur un plan légal, il faut que les faits qu’on reproche publiquement soient « avérés ». Cela signifie en langage courant que l’accusation doit être prouvée comme étant vraie par une décision de Justice et que l’auteur des faits en a été condamné.

 

 

Vous comprenez la difficulté de protester contre la victimisation secondaire ou contre toute injustice par l’intermédiaire des médias en France alors qu'il y a ce cadre légal contraignant qui est destiné à protéger la dignité des personnes.

 

 

La diffamation relève en effet de la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

 

 

Pas un journaliste ne vous suivra pour écrire un article si vous contactez les journaux en accusant sans preuves votre employeur ou votre ex conjoint de harcèlement moral, ou en accusant tel magistrat de laisser un pervers impuni alors que ce pervers viole vos enfants pendant des droits de visite par exemple.

 

 

Il y a donc des méthodes pour passer entre les mailles du filet : il faut savoir comment dénoncer l’injustice de façon légale sans finir au tribunal dans un procès en diffamation où votre ennemi sera considéré comme la victime !

 

 

Ne lui donnez pas des arguments légaux pour vous trainer dans la boue en vous accusant d’avoir osé s’en prendre à la réputation et à l’honneur d’un pauvre innocent, vous, la folle manipulatrice !    

Inversement, médiatiser une décision de Justice qui vous est favorable répond aussi à certaines règles de Droit. Par exemple, vous avez obtenu la condamnation de votre employeur, de votre ex conjoint manipulateur ou de votre famille toxique. Enfin ! Vous avez raison et vous voulez laver votre honneur ! Là aussi la médiatisation peut faire un flop ou se retourner contre vous  si vous ne savez pas comment vous y prendre. 

 

 

La victime dont l'affaire sort dans la presse et à la télévision avec les bonnes méthodes et un cadre juridique protecteur  devient une héroïne. Elle obtient une réparation sociale pour son combat contre le manipulateur.

 

 

Mais pour parvenir sur les plateaux télé de façon crédible et honorable, il faut une action de communication médiatique en profondeur qui dure 3 à 6 mois environ. Cette action doit être réalisée par un professionnel de la communication. 

 

 

Sophie Soria-Glo a été journaliste Société et Economie pendant plus de 15 ans dans les plus grands titres de la presse nationale entre 1983 et 2000 avant de suivre sa formation où elle est devenue coach professionnelle. Elle connait donc bien les médias et comment tout ça fonctionne.

 

 

Elle n’a jamais été condamnée pour propos diffamatoires alors qu’elle a « sorti » de nombreux scoops au cours de sa première partie de carrière professionnelle.

En tant que conseil en communication, elle a oeuvré pour des événements d'envergure internationale parmi lesquels le prix littéraire de la Fédération internationale des écrivains de langue française (FIDELF) dès 1988 et

le Festival "Hommage Jazz à / Jazz Tribute to Martin Luther King" à l'UNESCO en 1994 et 1995 avec les musiciens de jazz afro-américains à Paris. Elle en a été la co-organisatrice et le conseil en communication médias dans le cadre associatif, lors de ses premiers engagements pour l'art, la littérature et la musique avant de s'engager ensuite pour la cause des victimes. 

Lors de 2 grands colloques au Palais du Luxembourg (Sénat) sur le harcèlement moral au travail et les violences dans la famille, dont elle était le conseil en communication associatif en 2008 et 2009, elle a pu faire prendre conscience de ces enjeux et de ces problématiques complexes à de nombreux médias. Personne ne connaissait encore le terme "pervers narcissique" à cette époque ! 

 

En tant qu’expert, en se basant sur cette longue expérience de la communication médiatique et institutionnelle, elle vous aide à présent à instaurer un dialogue de confiance avec les journalistes dans les secteurs Société, Justice, Economie, Social, avec la presse spécialisée, les magazines féminins, l'audio-visuel et la presse en ligne. 

 

 

L’évaluation du dossier pour savoir si la médiatisation est possible représente 1 séance de 2 heures de coaching avec Sophie Soria-Glo. Car tous les cas et toutes les situations ne se prêtent pas à la médiatisation.

 

 

C’est une 1ere séance de diagnostic et de conseil en stratégie médiatique.

 

 

Faites très attention : la médiatisation peut se retourner contre vous si vous la conduisez en amateur. Vous êtes face à un pervers, ne l’oubliez pas !

 

 

Adressez-vous à Sophie Soria-Glo, spécialiste de la communication médias en raison de sa première expérience professionnelle.

 

 

Elle est votre conseil en communication stratégique et votre expert en « story telling » pour savoir comment raconter votre histoire d’une manière qui intéresse les journalistes.

 

 

Elle n’écrit pas elle-même des articles sur vous car ce n’est pas son métier, mais elle :

 

  • établit la stratégie multi-médias et "marketing de soi" pour vous, 

  • rédige un communiqué et un dossier de presse,

  • présente votre histoire aux rédactions en chef,

  • contacte les journalistes pour vous,

  • organise les RDV,

  • et prépare avec vous vos interviews avec les éléments de langage et le bon argumentaire pour vos passages en presse écrite, radio et télé.

 

 

Votre conseiller spécialiste ne passera pas non plus à votre place à la télévision ou dans la presse écrite en se faisant votre porte-parole.

 

 

Non ! Un vrai expert médiatique refuse de se mettre en avant. Il ou elle aime rester derrière son client.

 

 

Ce qui est le cas de Sophie Soria-Glo ! Elle est déjà passée à la télévision plusieurs fois lors de ses débuts dans le coaching. Elle ne recherche pas la notoriété pour elle-même mais pour ses clientes. Car la notoriété apporte la réussite.

 

 

La médiatisation ainsi que toutes les prestations du cabinet de conseil pour les particuliers LE NOUVEAU COACHING ETHIQUE sont réservées aux femmes.

 

 

Soyez courageuses Mesdames pour vous battre jusqu’au bout !

 

 

Lutter contre le harcèlement moral est un combat qui se mène à 2 avec votre coach et son expertise.

 

 

La plupart des avocats ne sont pas formés au traitement du harcèlement moral. Ils ne sont pas formés non plus pour répondre aux demandes de médiatisation des victimes.

 

 

Et si vous êtes face au procès tant attendu de votre agresseur, en correctionnelle ou  aux Assises, il   est possible d'inviter  les reporters du Journal télévisé à la sortie de l'audience pour vous interviewer VOUS et vous seule ! 

 

Prenez RDV avec votre coach certifiée et expert médias :

 

coachingethique@gmail.com

Tous les tarifs et plus de détails sur le contenu des séances avec votre coach en vous rendant sur la page PRESTATIONS ET TARIFS de ce site. 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus